24/07/2011

NUDE NUNS WITH BIG GUNS

original_559238 copy.jpg

 

Très enthousiaste après avoir visionné RUN BITCH RUN, je visionne avec un grand bonheur ce NUDE NUNS WITH BIG GUNS hommage aux films de « nonnesploitation » des années 60/70. Réalisé une nouvelle fois par Joseph Guzman, ce dernier n’hésite à aucun moment à aller encore plus loin dans le sexe, et les déviances en tout genre quitte à perdre une partie des spectateurs en cours de route. Autant vous l’avouer tout de suite, je ne suis pas un spécialiste du film de « nonnes » c’est même le premier que je vois… Moi je suis plutôt Rape And Revenge. Mais promis, après avoir vu cette péloche je vais m’y mettre. Ce NUDE NUNS WITH BIG GUNS m’ayant fortement intrigué.

Seule témoin vivante d’un deal drogue ayant mal tourné entre un curé et un gang de motards, sœur Sarah est emmenée, droguée et abusée dans un bordel.  Brebis égarée, Dieu prend pitié de sa nonne et  lui donne une mission : se venger des personnes qui lui ont fait du mal. C’est parti pour une partie de prêche sanglante avec deux gros flingues (les armes j’entends)!

Commençons par le commencement, la scène d’ouverture est plutôt bonne, même très bonne. Ce Joseph Guzman est très fort pour entamer ses films et mettre l’eau à la bouche mais malheureusement NUDE NUNS WITH BIG GUNS ne tient pas ses promesses par la suite. Pas grand-chose à dire à part que ce film est un fichu bordel, où Guzman va encore plus loin dans la déviance sexuelle que dans son précédent (une mère se faisant violer devant son adolescente de fille !). C’est très cul, en fait il n’y a pratiquement que ça dans le film, des scènes hétéros, des scènes de nus, des scènes lesbiennes. Oui, car notre sœur Sarah après s’être fait abusé sexuellement a un penchant pour le beau sexe. Et là est le problème du film ! Comment tenir 1h30 de pellicule avec un scénario tenant sur 4 lignes ? En comblant avec des scènes de cul pardi ! Et des flash-backs qui entrecoupent ses scènes. Au bout d’un moment j’ai un peu décroché jusqu’à la scène de vengeance finale, peu convaincante, plus gore que celle de RUN BITCH RUN mais moins intéressante.

Comme pour son précédent, la réalisation colle parfaitement à l’hommage souhaité, entre faux raccords, gros plans abusifs, image scratché, couleurs saturées, dialogues rajoutés en post-prod alors que les acteurs ne parlent pas.  La musique est très sympa mais encore une fois très pompée sur le thème de PLANETE TERREUR.

Ce NUDE NUNS WITH BIG GUNS est un joyeux bordel filmique faisant penser à certain moment au foutoir qu’était MACHETE de Rodriguez. Cet hommage aux films de « nonnesploitation » plaira aux fans du genre, mais devrait perdre les autres en chemin. Mais comment ne pas aimer ce film tant son réalisateur conscient de ses faiblesses scénaristiques se donne à fond avec passion pour nous servir ce pour quoi nous sommes venu c’est-à-dire, du fun, du sang, du sexe, et des nones. Aller à fond dans les clichés du genre, ce que n’ose pas faire un Rodriguez. Mister Guzman, à quand le prochain ?  

numérisation000n2 copy.jpg


Les commentaires sont fermés.