05/07/2011

Critique du film : THE REEF

Salut les gamers, une nouvelle rubrique sur mon blog et cette rubrique c'est Matt qui va s'en occuper il va vous parler ou plutôt critiquer les films qui viennent de sortir en dvd/bluray. Il commence avec le film The Reef.

hd_1600x1280_the-reef-dvd-0913253001305221119..jpg,200,350

Bon, soyons clair dès le départ : après ma vision de « The Reef » à chaud, ma réaction a été « Bof ! », à froid le premier mot qui me vient à l’esprit, c’est « bof ! » On nous annonçait le meilleur film de requins depuis « Les dents de la mer » mais Non, « The Reef » lui arrive à peine à la cheville. Le cinéma de genre Australien nous offre souvent de petites perles comme dernièrement, « The Horseman », un « Taken » bien plus fouillé, plus sombre et plus gore que le modèle américain et qui m’avait très agréablement surpris. 

Un petit résume s’impose : Des amis se retrouvent pour faire une virée en bateau, lorsqu’ils font naufrage en pleine mer. Totalement livrés à eux-mêmes, ces jeunes gens se rendent compte que sous l’eau, ils sont attendus pour le repas, pas en tant qu’invités mais en tant que hors d’œuvres. Mon résumé est un poil ironique mais franchement il reflète bien la pauvreté de l’histoire.

Le réalisateur et scénariste Andrew Traucki, est amateur d’animaux mangeurs d’hommes puisqu’il est à l’origine de « Black Water ». Mais si, rappelez-vous, cette histoire de crocodile aimant les ados au dîner. Bon, vous l’avez oublié, je ne vous en veux pas. Ceci étant dit, le bon vieux Andrew remet le couvert cette fois non pas en forêt, mais en pleine mer et avec des requins. La réalisation est plutôt sympa, nous offrant de belles images bien photographiées de la mer et d’îles paradisiaques. A noter que certains cadrages ne sont pas très heureux, notamment un au début… Mais ce petit défaut n’engage en rien les qualités de la réalisation, soyez-en rassurez ! 

Au niveau de la mise en scène, les scènes d’expositions des personnages sont d’un nian nian… Un instant j’ai pensé être devant un épisode évolué des feux de l’amour. En gros, le héros retrouve son ancien amour. Il est triste que ça n’ait pas marché entre eux, ils se retrouvent sur une île, s’isolent de l’autre couple (qui est d’une bêtise… L’amour peut rendre bête mais à ce point ça donnerait presque pas envie de tomber amoureux !!!), se font des reproches et s’embrassent. A noter ce superbe dialogue digne d’un des meilleurs scénars du génial Tarantino « Fais le bon choix, pour toi, pour moi, pour nous ». Evidemment, je plaisante, car si l’ami Quentin nous sortait un dialogue comme ça, je ne serai plus fan de ses œuvres, moi je vous le dis ! Puis arrive The CLIMAX du film : LE NAUFRAGE. La marée se retirant plus vite que prévu, le navire heurte la barrière de corail et se retrouve tout retourné comme l’équipage qui se rend compte qu’il n’y a personne sauf des requins et arrive ce choix crucial : Que faire ? Rester sur le bateau en sachant que personne ne passe par là ou essayer de rejoindre à la nage l’île qu’ils viennent de quitter, ne sachant pas réellement par quel côté aller pour la retrouver. Je vous vois déjà saliver devant ce choix cornélien, ne vous inquiétez pas, je ne spoilerai pas ce passage d’une tension extrême… Les scènes d’attaques de requins sont un des points forts du film mise en boîte de façon simple, des fausses piste, une musique montant dans les aigus dans les moments cruciaux. Même si ces effets de tensions sont vus et revus, il faut avouer qu’ils sont tout de même efficaces. Mais la réelle force du film est son dénouement qui m’a surpris, ayant vu pendant 1h20 clichés sur clichés, je m’attendais à une fin clichée… Et bien non justement, Andrew Traucki à l’intelligence de ne pas finir sur un cliché et ça on ne peut pas lui ôter ce mérite.

 

the-reef-photo-de-presse_3_.jpg

 

En conclusion, « The Reef » est une déception tant au niveau de l’histoire, que de la mise en scène et du jeu d’acteur. Un film n’arrivant pas à la cheville de celui avec lequel il se compare : « Les dents de la mer ». Au fait, je suis sûr que vous vous dites : « mais il ne nous a pas parlé du jeu d’acteur ». Je vous rassure c’est normal, il n’y a rien à dire car il n’y en a pas. Oui je sais je suis dur… Bref « The Reef » est un film de requin faisant plouf et touchant le fond dans l’océan du néant.  Que c’est beau… Et oui c’est de moi quand je suis en forme… A la prochaine les amis pour une bande, qui cette fois, m’a bien plu.

 

Ma note :  2 / 5

 

 

 

Matt

Les commentaires sont fermés.